Contraception masculine

Bienvenue dans le futur de la contraception, la contraception masculine.

C’est en Australie dans l’université de Monash  et en Angleterre dans celle de Leicester que des chercheurs ont identifié de nouvelles protéines qui peuvent bloquer l’éjaculation des spermatozoïdes. Cette technique permettrait ainsi de créer un nouveau moyen de contraception mais cette fois-ci, réservé aux hommes.

Certes il existe déjà depuis plusieurs années des moyens contraceptifs chez les hommes : la vasectomie, des techniques basées sur les ultrasons, des traitements hormonaux ou germinaux, ou encore des gels hormonaux transdermiques. Le problème avec de telles approches est qu’elles entrainent des effets secondaires intolérables sur l’activité sexuelle masculine, des effets irréversibles à long terme sur la fertilité ou encore qui peuvent transmettre des changements préjudiciables à la future progéniture. Hors ce nouveau traitement est basé sur l’extinction de 2 gènes et ceux afin de bloquer ainsi le transport des spermatozoïdes lors de l’éjaculation.

A ce stade de développement cette méthode s’avère pour le moment très efficace sur les tests réalisés sur les souris de laboratoire et ne déclencherait aucun effet négatif autant sur le plan physique que sur le comportement sexuel. Avec près de 100% de réussite de contraception, les experts envisagent de sortir les premiers traitements d’ici 5 ans.

Une technique très prisée

Cette nouvelle technique est pour l’instant très prisée, car contrairement à la vasectomie qui est peut s’avérer irréversible, aux traitements hormonaux qui entrainent des effets secondaires physiologiques et comportementaux ou encore au préservatif que l’on a tendance à oublier, elle ne représente pour le moment aucun danger. En effet elle se « contente » de stopper le sperme lors de l’éjaculation, ce qui qui en fait un moyen de contraception sûr et sans effet négatif.

Comment ça marche ?

C’est relativement simple (je plaisante), en gros les chercheurs privent les souris cobayes de deux gènes. Le premier un gène récepteur adrénergique et un second un gène récepteur purinergique, et c’est la suppression de ces 2 gènes qui empêche lors du coït le sperme de sortir lors de l’éjaculation

Cette méthode reste néanmoins en phase de test et même si aucun effet secondaire n’est à déplorer pour le moment, on peut imaginer que ce traitement peut avoir des effets négatifs sur une prise à plus ou moins long terme. Et puis surtout on est aussi en droit de se demander ou peut bien passer le sperme qui n’est plus éjaculé ?

et si les hommes aussi prenaient la pilule contraceptive.

Contraception masculine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *